Hopi Elders
Messages to the World
IN THEIR OWN WORDS

Submit translations to
hopiland (at) gmail (dot) com

La ConfČrence " Le Cri de la Terre "
AssemblČe GČnČrale, Nations Unies
Le 22 novembre 1993

Par Martin Gashweseoma
Gardien Hopi de la Nation Souveraine Hopi
Box 753
Hotevilla, AZ 86030

Traduit en franáais par Didier Wolfs
           didier.wolfs@wanadoo.be

Nous sommes venus depuis la Nation Souveraine
Hopi pour participer Ä la confČrence " Le cri
de la Terre " organisČe par les Nations
Unies. Nous sommes fiers d'avoir ČtČ invitČs.
Mon nom est Martin Gashweseoma. En tant que
Hopi, nous sommes ici pour vous prČsenter
notre message qui explique comment nous
sommes arrivČs ici, depuis les mondes
prČcČdents. La voie Hopi est de mener une
bonne vie et Ä travers nos cČrČmonies et nos
mČditations, nous prenons soin de cette terre
et de la vie. Nous possČdons toujours les
tablettes en pierre sacrČes qui nous ont ČtČ
donnČes par la Femme AraignČe. C'est lÄ notre
titre de propriČtČ en ce monde et elles nous
furent donnČes avec un plan de vie Ä suivre,
accompagnČ d'instructions et
d'avertissements. C'Čtait une bonne vie.
Lorsque la pluie venait et apportait beaucoup
d'humiditČ, nos rČcoltes produisaient
suffisamment pour nourrir tous les ätres
vivants, y compris les fourmis, les animaux,
les oiseaux, les plantes et les humains.

Avant de quitter le monde prČcČdant, nous
sommes venus ici pour demander au Grand
Esprit Massauu la permission de vivre ici
avec lui parce que le monde d'en bas o∑ nous
vivions Čtait devenu corrompu. Il nous dit "
C'est Ä vous de dČcider si vous voulez vivre
en respectant totalement ma faáon de vivre ".
Nous rČpondémes " Oui, nous dČsirons vivre de
cette faáon ". Ainsi, avec son consentement,
nous sommes venus ici, dans ce nouveau monde.
Ce monde est celui o∑ le Grand Esprit Massauu
apparut pour la premiąre fois aux tous
premiers hommes et leur donna les
instructions et les rągles Ä suivre. Ensuite,
la Femme AraignČe dČposa devant eux des Čpis
de maŹs de diffČrentes couleurs, desquels ils
pourraient tirer leur nourriture et leurs
moyens d'existence. Les hommes les plus
avides se dČpächąrent de prendre les Čpis les
plus longs. Mais les Hopi, Čtant les plus
humbles, attendirent jusqu'Ä la fin et
choisirent le plus petit Čpi de maŹs. La
Femme AraignČe donna alors ses instructions Ä
tous les peuples. Elle leur donna aussi leur
propre langage et leur dit de migrer vers
chaque coin de ce continent, laissant
derriąre eux leurs empreintes, les marques de
leur clan et des ruines pour revendiquer
cette terre. Ceux qui trouveraient le Grand
Esprit Massauu deviendraient les leaders de
ceux qui viendraient aprąs. Et ils migrąrent
Ä travers tout le pays.

Avant que les peuples en migration n'arrivent
Ä l'endroit o∑ vivait le Grand Esprit
Massauu, celui-ci avait l'habitude de se
promener prąs de sa maison. En rentrant chez
lui, rapportant des fleurs violettes, il les
laissa tomber le long du chemin. Lorsqu'il
s'en rendit compte, il rebroussa chemin pour
les rČcupČrer mais les fleurs avaient dČjÄ
ČtČ trouvČes par la Femme Crapaud Ä Cornes.
Le Grand Esprit Massauu lui demanda si elle
voulait bien les lui rendre. Elle refusa. A
la place, elle lui dit qu'une crise allait
survenir dans ce monde et qu'il aurait besoin
d'aide. A ce moment lÄ, elle sera prČsente,
avec son casque d'acier pour l'aider. Cela
voulait dire que si un jour les Hopi
rencontraient des probląmes, un groupe de
gens avec des casques d'acier les aiderait.

Les Hopi furent les premiers Ä trouver le
Grand Esprit Massauu. Lorsqu'ils le
rencontrąrent, ils lui demandąrent o∑ il
vivait. Il leur dit qu'il vivait Ä Orabi. Il
ne donna pas le nom complet de l'endroit qui
s'appelait en fait Sip Orabi, ce qui signifie
l'endroit o∑ la terre se solidifie. Ils
demandąrent au Grand Esprit Massauu s'il
accepterait d'ätre leur grand leader. Mais le
Grand Esprit Massauu vit en eux qu'ils
avaient encore des dČsirs ČgoŹstes et
beaucoup de mauvaises tentations. Il refusa
d'ätre leur grand leader jusqu'Ä ce qu'ils
satisfassent tous leurs dČsirs. Ce n'est
qu'alors qu'il deviendrait leur premier et
leur dernier leader.

Le Grand Esprit Massauu laissa le premier
groupe, ou clan, qui l'avait trouvČ vivre et
s'installer avec lui. Aprąs, chaque groupe
qui viendrait s'installer Ä Orabi lorsqu'il
aura terminČ sa migration sera autorisČ Ä
rester en fonction de la maniąre dont il aura
voyagČ lorsqu'il Čtait Ä la recherche du
Grand Esprit Massauu. Ceux qui Čtaient
vantards et arrogants furent envoyČs plus Ä
l'est. Ceux qui avaient un coeur humble et
sincąre furent autorisČs Ä rester et Ä garder
les cČrČmonies pures afin d'assurer la pluie
pour les rČcoltes et pour toutes les formes
de vie. Aprąs qu'ils se furent installČs,
toutes les choses Ä venir furent rČvČlČes aux
premiers hommes qui arrivąrent Ä Orabi par
les premiers hommes arrivČs du monde
souterrain. Et ces messages de comprČhension,
ou prophČties comme ils sont aussi appelČs,
furent transmis de gČnČration en gČnČration
jusqu'Ä ce jour.

Il leur fut annoncČ qu'une autre race d'homme
viendrait sur leur terre et la revendiquerait
comme leur appartenant. On nous dit de ne
rien accepter de ce que ces hommes nous
offriraient, mais que nous serons tentČs et
qu'il sera bien difficile de rČsister. Ces
hommes qui viendraient seront intelligents et
inventeront de nombreuses choses. Maintenant
nous rČalisons que ces hommes Čtaient les
hommes Ä peau claire, les Bahanas. On a dit
qu'ils apporteraient quelque chose qui serait
tirČ par des animaux, ce furent les wagons ou
les chariots. Ils en apporteraient d'autres
qui iraient trąs vite, ce furent les voitures
et d'autres vČhicules motorisČs. On nous dit
que la terre serait dČcoupČe par des routes
et des barriąres et que des voies rapides
seraient construites dans le ciel (n.d.t. :
Autoroutes suspendues prČsentes dans la
plupart des grandes villes amČricaines). On
nous dit aussi que les femmes adopteraient
les tenues vestimentaires des hommes et que
le secret des femmes, jusque lÄ couvert par
des vätements, ne resterait plus secret mais
serait rČvČlČ et exposČ...

Lorsque cela arrivera, tous les leaders du
monde et tous les peuples seront corrompus et
ils ne sauront plus vers qui se tourner pour
rČgler leur probląme de corruption. Lorsque
tout cela se produira, cela signifiera que
nous serons tous trąs prąs de la fin. Les
guerres arriveront comme des vents puissants
et s'Čtendront de pays en pays, apportant la
purification en ce monde. Au plus nous nous
Čloignons des instructions du Grand Esprit
Massauu, au plus nous recevons des signes qui
prennent la forme de tremblements de terre,
d'inondations, de sČcheresses, de feux, de
tornades car la Nature est präte Ä prendre sa
revanche. Tout cela se produira en mäme temps
que les guerres et la corruption. Et c'est ce
que nous voyons en ce moment, alors que la
coląre gagne nos enfants qui s'entretuent et
tuent leurs parents. Ils ne montrent plus de
respect. Nous sommes tous corrompus.

Si cette Purification ne se matČrialise pas,
alors le monde se retournera quatre fois et
il ne restera plus que les fourmis pour
commencer une nouvelle vie. Avant que les
hommes ne viennent ici, ils Čtaient malades,
tout comme aujourd'hui nous sommes malades de
toute cette corruption. Maintenant, nous
cherchons un moyen pour rČsoudre nos
probląmes. C'est le dernier monde, nous
n'irons plus nulle part. Si nous le
dČtruisons, ce monde le plus haut, qui est
comme un paradis, nous ne recevrons pas
d'autres chances. ConsidČrons ces faits
sČrieusement afin que ce monde ne soit pas
dČtruit et que nous puissions continuer Ä
vivre et sauver cette terre et cette vie pour
les gČnČrations Ä venir.